Il y avait un jardin

Blog de thesecretgarden :En flânant . . ., Il y avait un jardin

Blog de thesecretgarden : En flânant . . ., Il y avait un jardin

C´est une chanson pour les enfants
Qui naissent et qui vivent entre l´acier
Et le bitume entre le béton et l´asphalte
Et qui ne sauront peut-être jamais
Que la terre était un jardin

Il y avait un jardin qu´on appelait la terre
Il brillait au soleil comme un fruit défendu
Non ce n´était pas le paradis ni l´enfer
Ni rien de déjà vu ou déjà entendu

Il y avait un jardin une maison des arbres
Avec un lit de mousse pour y faire l´amour
Et un petit ruisseau roulant sans une vague
Venait le rafraîchir et poursuivait son cours.

Il y avait un jardin grand comme une vallée
On pouvait s´y nourrir à toutes les saisons
Sur la terre brûlante ou sur l´herbe gelée
Et découvrir des fleurs qui n´avaient pas de nom.

Il y avait un jardin qu´on appelait la terre
Il était assez grand pour des milliers d´enfants
Il était habité jadis par nos grands-pères
Qui le tenaient eux-mêmes de leurs grands-parents.

Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître
Où nous aurions pu vivre insouciants et nus,
Où est cette maison toutes portes ouvertes
Que je cherche encore et que je ne trouve plus.

 Georges Moustaki

Blog de thesecretgarden : En flânant . . ., Il y avait un jardin

Au jardin

Blog de thesecretgarden : En flânant . . ., Il y avait un jardin

Bises et bonne soirée à toutes et tous

jeudi 27 mars 2014 19:30 , dans Les poètes


L'histoire du Paon qui désirait changer de nom

Blog de thesecretgarden :En flânant . . ., L'histoire du Paon qui désirait changer de nom

Il y avait une fois un paon qui était si fier de sa queue magnifique qu'il passait toute la journée à faire la roue, ses plumes largement déployées, et à crier pour attirer l'attention.
Quand le paysan l'appelait : Piwi ! Piwi ! il regardait au loin et faisait mine de ne pas entendre.
Tu te prives de beaucoup de bonnes choses, lui disait la poule.
Quand le fermier crie : Piwi ! ou Tschick, Tschick ! c'est qu'il lance le grain qui nous est destiné.

Je ne m'appelle pas Piwi, répondit orgueilleusement le paon en faisant la roue et le cou allongé, en criant d'une voix aigre : Mon nom est «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin.»
Est-ce- compris ? Désormais ne m'appelle plus autrement, sans quoi je t'arracherai les yeux.
Je ne t'appellerai jamais autrement, promis la poule, qui redoutait le bec acéré de l'autre, jamais, jamais.

Au même instant un renard sortit du bois; il sauta sur le paon et voulait l'emporter.
Au secours ! Au secours, criait le paon. Cours vite chercher le chat et dis- lui qu'il vienne me délivrer du renard.
La poule courut chercher le chat et s'écria : « Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» vient d'être enlevé par le renard, cours vite, cours vite !

Qui le renard emporte-t-il ? demanda le chat. Qui diable ce peut-être : «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» ?
C'est le paon, dit la poule, c'est son nouveau nom et il ne veut pas que tu lui en donnes d'autres. Mais cours donc, cours bien vite !
Comme c'est bête, dit le chat en se levant. Je suis bien trop petit pour attraper un renard. Je vais aller chercher un chien.
Mais n'oublie pas qu'il faut appeler le paon par son nouveau nom, caqueta la poule. Si tu ne le fais pas il t'arrachera les yeux.
Il n'y a pas de danger, répliqua le chat en allant chercher un chien.

Le chien dormait au soleil ; quand il entendit venir le chat il sursauta et les poils de son cou se hérissèrent.
Calme-toi, dit le chat, ce n'est pas le moment de me donner la chasse. «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» a été enlevé par le renard.
Qui donc est «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» ? lui demanda le chien. Je n'ai jamais entendu un nom pareil.
C'est le nouveau nom que s'est donné le paon, répondit le chat. Si tu l'appelles autrement il t'arrachera les yeux.
Eh bien, dit le chien, je n'ai pas envie de me faire arracher les yeux ni de perdre mon temps à sauver un oiseau qui a un nom aussi long. Je vais aller chercher le fermier.

Le chien courut vers le paysan occupé à la fenaison.

Maître, maître ! aboya le chien, «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» vient d'être emporté par le renard !
Qu'il a-t-il, demanda le fermier qui avait l'oreille dure. Qui est-ce qui a été emporté par le renard ?
« Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin», répéta le chien.
Ah ! dit le paysan en secouant la tête. Je croyais que tu parlais de toute une famille. Mais qui donc est-ce : «Sa-queue-est-magnifique-comme-le-soleil-quand-il-brille-sur-les-montagnes-dans-les-brouillards-du-matin» ?
C'est le paon, répondit le chien. C'est le nouveau nom qu'il s'est donné lui-même. Ne lui en donne pas d'autre surtout, sans quoi il t'arrachera les yeux.

Je lui tordrai le cou, cria le fermier, en courant pour délivrer le paon.
Lorsque le paysan eut atteint le terrier du renard, celui-ci avait déjà mangé le paon avec toutes ses plumes.

Quand la poule apprit la nouvelle, elle songea :
S'il s'était contenté de son nom de Piwi, il pourrait encore faire la roue dans la cour. Si vous aviez un jour à me délivrer du renard appelez-moi simplement Tschick.
Et moi, appelez-moi Puss, ronronna le chat en repliant ses pattes pour faire un petit somme.
Appelez-moi Fleck, dit le chien en allant voir si son repas était prêt.

Ce conte américain nous apprend ce qui arrive au paon qui avait décidé de changer de nom. Et c'est en même temps pour nous une leçon d'humilité.paon001 monia50.eklablog.fr

Bises et bonne soirée à toutes et tousBlog de thesecretgarden : En flânant . . ., L'histoire du Paon qui désirait changer de nom

mercredi 19 mars 2014 22:36 , dans Contes et légendes


Le printemps . Théodore de Banville

Blog de thesecretgarden :En flânant . . ., Le printemps . Théodore de Banville

Blog de thesecretgarden : En flânant . . ., Le printemps . Théodore de Banville

Été

Blog de thesecretgarden : En flânant . . ., Le printemps . Théodore de Banville

Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent .
Les amantes qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants .

Sous les rayons d’or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent .
Te voilà , rire du Printemps !
Les thyrses de lilas fleurissent .

Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent !
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos coeurs gonflés et palpitants.
Te voilà , rire du Printemps !

Printemps

J'ai beaucoup de problème pour poster .

Je pense  bien à vous toutes et tous .

 

Bises à toutes et tous 

Merci de vos messages et commentaires .

. . . . . .

Eu gosto de um monte de problemas para postar.
Eu me sinto bem a todos vocês.
Eu sinto falta de você, obrigado por suas mensagens e comentários.
{#}Abraços a todos.{#}

rsvhb7.gif

 http://monia50.eklablog.com



lundi 10 mars 2014 00:50 , dans Les poètes


Bonne fin de soirée à toutes et tous .

Blog de thesecretgarden :En flânant . . ., Bonne fin de soirée à toutes et tous .

vc66kbpg.gif

Au jardin

vc66kbpg.gif

Apprenez à discerner l'ami véritable , du flatteur artificieux ;
Et jamais vous ne favoriserez le vice au préjudice de la vertu .

Isocrate

A méditer . . .

. . . . . .

L'amitié véritable se nourrit de franchise, de sincérité et de confiance .

Adrien Rose Destailleur

vc66kbpg.gif

C'est avec beaucoup de difficultés que je poste ce soir . Impossible de rentrer sur mon blog . En même temps je vois la fidèlité  de mes ( amis (es ) . . .et quand je dis fidèlité . . .

Je suis aussi sur Eklablog où la convivialité est absente ( pas de suivi etc . . . ) même par les personnes qui sont ici et qui se reconnaîtront  ( sauf une ) que je remercie de ses fréquents passages .

 http://monia.eklablog.com

Voici mon lien . 

vc66kbpg.gif

Je me suis montrée fidèle sur vos blogs .

Ce soir je me retrouve avec plus de 575 posts car certains postent en continu ??

Sur ce bonne fin de soirée à toutes et tous .

vc66kbpg.gif

Amour


vc66kbpg.gif

Bises à toutes et tous 

samedi 01 mars 2014 21:46 , dans Mes montages . . .


De la Lumière

Blog de thesecretgarden :En flânant . . ., De la Lumière

0l5zioqz.gif

Les lanternes

0l5zioqz.gif

Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre l’obscurité luttant avec effort ,
Ah ! Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser le voile de la mort .

Nous , pour le proférer ce même cri terrible ,
Nous avons devancé les affres du trépas ;
Notre œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C’est notre esprit qui ne voit pas .

Il tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre ,
A chaque pas qu’il fait forcé de s’arrêter ;
Et, bien loin de percer cet épais réseau d’ombre ,
Il peut à peine l’écarter .

0l5zioqz.gif

Lanterne

0l5zioqz.gif

Parfois son désespoir confine à la démence .
Il s’agite , il s’égare au sein de l’Inconnu ,
Tout prêt à se jeter , dans son angoisse immense ,
Sur le premier flambeau venu .

La Foi lui tend le sien en lui disant : « J’éclaire !
Tu trouveras en moi la fin de tes tourments . »
Mais lui, la repoussant du geste avec colère ,
A déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton prétendu flambeau n’a jamais sur la terre
Apporté qu’un surcroît d’ombre et de cécité ;
Mais réponds-nous d’abord : est-ce avec ton mystère
Que tu feras de la clarté ? »

0l5zioqz.gif

Lanterne

0l5zioqz.gif

La Science à son tour s’avance et nous appelle .
Ce ne sont entre nous que veilles et labeurs .
Eh bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N’ont arraché que les lueurs .

Sans doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un peu de jour s’est fait où ses rayons portaient ;
Mais son pouvoir ne va qu’à chasser des ténèbres
Les fantômes qui les hantaient .

Et l’homme est là, devant une obscurité vide ,
Sans guide désormais, et tout au désespoir
De n’avoir pu forcer , en sa poursuite avide ,
L’Invisible à se laisser voir .

0l5zioqz.gif

Chandelle

0l5zioqz.gif

Rien ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans son âme et son sang il est enraciné ,
Et le rêve divin de la lumière obsède
A jamais cet aveugle-né .

Qu’on ne lui parle pas de quitter sa torture .
S’il en souffre , il en vit ; c’est là son élément ;
Et vous n’obtiendrez pas de cette créature
Qu’elle renonce à son tourment .

De la lumière donc ! Bien que ce mot n’exprime
Qu’un désir sans espoir qui va s’exaspérant .
A force d’être en vain poussé , ce cri sublime
Devient de plus en plus navrant .

Et , quand il s’éteindra , le vieux Soleil lui-même
Frissonnera d’horreur dans son obscurité ,
En l’entendant sortir, comme un adieu suprême ,
Des lèvres de l’Humanité .

Louise Ackermann

0l5zioqz.gif

Bises à toutes et tous , je ne peux  pas aller sur vos 

blogs comme  sur le mien depuis plus d'une semaine .


rsvhb7.gif

dimanche 23 février 2014 18:13 , dans Les poètes


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à thesecretgarden

Vous devez être connecté pour ajouter thesecretgarden à vos amis

 
Créer un blog